Home > Actualités > MDFDE/France : La France honore ses victimes du terrorisme aux Invalides #COP21 #MDFDEJeSuisLadyLiberty130 #NPS100
AFP – http://www.huffingtonpost.fr/2016/09/19/hommage-victimes-terrorisme-invalides-en-direct_n_12080330.html

 

Latest:

 

Hommage national aux victimes de terrorisme, une cérémonie digne et émouvante.

 

 

VIDEO. La France « ne vaincra pas le terrorisme en trahissant ses valeurs » : le discours du père de Lola, tuée au Bataclan

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/video-la-france-ne-vaincra-pas-le-terrorisme-en-trahissant-ses-valeurs-le-discours-du-pere-d-une-jeune-femme-tuee-au-bataclan_1831591.html

VIDEO. Regardez l’intégralité du discours de Hollande lors de l’hommage aux victimes des attentats de Paris

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-novembre-a-paris/video-regardez-l-integralite-du-discours-de-francois-hollande-lors-de-l-hommage-aux-victimes-des-attentats-de-paris_1194957.html

 

« Céder à la haine conduit à prôner des recettes toutes faites ».

« Victimes innocentes du terrorisme, vous êtes mes frères et mes sœurs ».

« La France vaincra le terrorisme en restant forte sur ses valeurs

Liberté Égalité Fraternité ».

Dr. Georges Salines

 

franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le publié le

Georges Salines, président de l’association « 13 novembre : fraternité et vérité », s’est exprimé le premier lors de la cérémonie d’hommage aux victimes du terrorisme organisée lundi.

Georges Salines a perdu sa fille Lola, 29 ans, le 13 novembre 2015 au Bataclan. Aujourd’hui président de l’association « 13 novembre : fraternité et vérité », il était le premier à s’exprimer lors de la cérémonie en hommage aux victimes du terrorisme, organisée lundi 19 septembre aux Invalides à Paris.

« Victime, c’est une situation peu enviable et une étiquette bien lourde à porter », a-t-il commencé. Il a ensuite lu le mot d’une amie de sa fille. « Reprendre une vie normale, c’est ne pas être rappelée à son traumatisme tous les quatre matins. Laissez-moi faire mon deuil de mon amie Lola », a-t-elle écrit. « Je comprends ce qu’a dit cette jeune femme et je respecte son droit à l’oubli. Mais voilà, son amie Lola, c’était ma fille. Et moi, j’ai suivi un chemin différent qui passe par ma présence ce matin parmi vous », réagit-il.

« Cet hommage me semble indispensable »

Georges Salines a ensuite évoqué d’autres attentats. « Aucune cause ne vaut qu’on arrache le pied d’un enfant de 8 ans. Aucune. Victimes innocentes de toutes les violences terroristes, vous êtes mes frères et mes sœurs et je veux que mon pays aussi vous affirme cette fraternité. Voilà une première raison pour laquelle cet hommage me semble indispensable », poursuit-il.

« Cet hommage national peut aussi servir ça : à rappeler que parmi les victimes du terrorisme, les musulmans sont très nombreux et sont aussi nos frères. La République française ne vaincra pas le terrorisme en trahissant ses valeurs (…) mais en étant fidèle à son slogan : liberté, égalité, fraternité », a-t-il conclu.

Liens : http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/video-la-france-ne-vaincra-pas-le-terrorisme-en-trahissant-ses-valeurs-le-discours-du-pere-d-une-jeune-femme-tuee-au-bataclan_1831591.html

http://www.francaisdeletranger.org/blog/mdfdeusa-face-a-ladversite-new-york-et-paris-a-jamais-bff-tous-soudes-cop21-mdfdejesuisladyliberty130-nps100/

http://www.francaisdeletranger.org/blog/mdfdefrance-pour-lamour-de-lola-le-dr-georges-salines-se-bat-13onze15-cop21-mdfdejesuisladyliberty130-nps100/

Revivez l’hommage aux victimes du terrorisme aux Invalides

La rédaction du HuffPost avec AFP Publication: Mis à jour: T

 

 

TERRORISME – François Hollande et de nombreux membres du gouvernement et de l’opposition assistaient ce lundi matin à la cérémonie d’hommage aux victimes du terrorisme, organisée depuis 18 ans par les associations mais avec une dimension particulière dans une France marquée par les attaques jihadistes. Elle a eu lieu cette année à l’Hôtel national des Invalides, dans les jardins de l’intendant.

A moins de huit mois de la présidentielle, la lutte antiterroriste s’annonce comme un des thèmes incontournables de la campagne et la classe politique sait qu’elle ne peut ignorer les attentes des victimes, tant en matière d’indemnisation que sur le travail de mémoire.

« Après plusieurs témoignages de victimes et proches, le président de la République prononcera un discours pour exprimer la solidarité de la France », avait indiqué Juliette Méadel, secrétaire d’Etat chargée de l’Aide aux victimes, dans un entretien dans L’Alsace. Pour rappel, en un an, la France a été touchée le 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis (130 morts), le 15 janvier 2016 à Ouagadougou (30 morts dont deux Français), le 13 mars à Grand-Bassam en Côte d’Ivoire (19 morts, quatre Français), le 22 mars à Bruxelles (32 morts, un Français), le 1er juin à Gao au Mali (quatre morts, un Français). Le 13 juin un policier et sa compagne ont été assassinés chez eux à Magnanville (Yvelines), le 14 juillet un camion a tué 86 personnes à Nice, le 26 juillet, un prêtre est égorgé dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen.

Revivez la cérémonie de ce lundi matin en direct ci-dessous:

Après le discours de François Hollande, l’hymne international des victimes du terrorisme est jouée dans les Jardin de l’intendant dans la cours des Invalides. Cette mélodie a été composée après l’attentat de 2004 survenu à Madrid.

Alors qu’elle fait polémique depuis plusieurs semaines, la médaille décernée aux victimes du terrorisme est une création assumée par François Hollande juste avant l’attentat de Nice. « Elle fait partie du devoir de mémoire », a justifié le Président.

Pour François Hollande, l’indemnisation des victimes doit être « juste et transparente ». Le fonctionnement du fonds de garantie vont donc être revue, annonce le président de la République, promettant que « l’Etat sera garant » dans la durée.

Le chef de l’Etat justifie la création d’un secrétariat d’Etat à l’aide aux victimes, placé sous l’autorité du Premier ministre. Une initiative pour « humaniser l’aide aux victimes », et pas « une administration de plus », a assuré François Hollande en vantant le travail de Juliette Méadel.

« Le rôle des pouvoirs publics est indispensables mais ils ne peuvent rien faire sans que vos associations soient impliquées », a lancé François Hollande à tous les représentants de celles-ci. Mais il a aussi assuré que « l’Etat doit être exemplaire ». Selon lui, l’Etat a un premier devoir: « la vérité » et qu’il devait assumer toutes ses responsabilités.

François Hollande a rappelé pourquoi la journée d’hommage aux victimes se tient le 19 septembre, jour de l’attentat commis en 1989 contre le vol 772 d’UTA. Il en a profité pour avoir une pensée pour Jacques Chirac qui a inauguré la statue de Nicolas Alquin autour de laquelle la cérémonie est organisée ce lundi.

« Jamais notre pays n’a été attaqué avec cette rage destructrice. Voilà pourquoi il était si important que le nom des victimes soit entendu », a justifié François Hollande rappelant que « c’est la France de la liberté qui a été visée ».

hollande

Après que François Hollande s’est recueilli devant le monument où les roses ont été déposées, les cœurs de la Garde républicaine ont entonné la Marseillaise.

marseillaise

Attentat par attentat, les 230 noms des victimes ayant perdu la vie dans un attentat visant la France cette année sont cités par des survivants ou proches. A chaque fois, une rose blanche est posée au pied de la statue d’hommage aux victimes.

Depuis 1998, l’Association française des victimes du terrorisme (AfVT) et la Fenvac se réunissent devant la statue-fontaine de « La parole portée » aux Invalides, seul monument parisien dédié aux victimes du terrorisme.

En tout 8 victimes auront pris la parole. Guillaume Denoix de Saint-Marc, qui a perdu son père dans l’attentat du DC10 d’UTA en 1989 et dirige l’Association française des victimes du terrorisme, et Pierre Étienne Denis aussi, de la Fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs:

Yasmine Bouzergan-Marzouk, elle, raconte comment elle a vécu la « scène de guerre » de Nice dans laquelle elle a perdu plusieurs membres de sa famille. Elle dénonce également les amalgames de ceux qui confondent sa « confession musulmane » avec celle des « barbares ».

Avant elle, un ancien militaire qui est intervenu à Gao au Mali « pendant plus de 14h » raconte comment il a vécu l’attentat qui a tué son ami Eric.

Suivent les discours de Maverick Touati, président de l’association des victimes de Ouagadougou, et de Chloé Arnaud, pour les victimes de Grand Bassam (Côte d’Ivoire), qui ont tous deux perdu leur père.

Arthur Denouveaux cite des prénoms et des messages de plusieurs personnes, francophones, hisponophones et anglophones, proches des victimes ou anonymes.

Une série de « Je suis » qui rappelle bien sûr « Je suis Charlie ».

Georges Salines commence par expliquer le difficile statut de victime. Il enchaîne sur le terrorisme islamique et la récupération qui en est faite.

Sous la pluie et les violons.

Le 19 septembre 1989, un avion DC-10 français de la compagnie UTA effectuant la liaison Brazzaville-Paris explosait en vol au-dessus du Niger, tuant 170 personnes, dont 54 Français.

Depuis 1998, l’Association française des victimes du terrorisme (AfVT) et la Fenvac se réunissent à cette date devant la statue-fontaine de « La parole portée » aux Invalides, seul monument parisien dédié aux victimes du terrorisme, pour rendre hommage aux victimes tuées durant l’année écoulée, et invitent des responsables politiques, comme François Hollande en 2012.

Lien : http://www.huffingtonpost.fr/2016/09/19/hommage-victimes-terrorisme-invalides-en-direct_n_12080330.html

Terrorisme : le système d’indemnisation des victimes sera réformé

François Hollande a annoncé ce lundi lors de la cérémonie d’hommage aux victimes du terrorisme que les ressources du Fonds de garantie seraient « revues ».

Source AFP

Modifié le – Publié le | Le Point.fr
François Hollande s'est exprimé à la fin de la cérémonie d'hommage aux victimes du terrorisme.
François Hollande s’est exprimé à la fin de la cérémonie d’hommage aux victimes du terrorisme. © NurPhoto/ Wassilios Aswestopoulos

 

François Hollande a annoncé lundi une réforme du système d’indemnisation des victimes du terrorisme, lors d’une cérémonie en leur hommage empreinte d’émotion, mais aussi marquée cette année d’une tonalité plus politique à moins de huit mois de la présidentielle. Les ressources du Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme (FGTI) « seront revues » et l’État « s’en portera garant dans la durée », a assuré le président de la République soulignant que « le terrorisme avait changé de dimension », lors de cette cérémonie organisée depuis 18 ans par des associations. Devant des centaines de personnes réunies, sous une pluie fine, dans les jardins de l’Intendant aux Invalides, François Hollande a estimé que ce fonds, « créé il y a 30 ans », ne pouvait « plus rester en l’état », souhaitant à l’avenir une indemnisation « juste » et « transparente », sans autre précision.

Auparavant des proches de victimes ou des rescapés, à la fois émus et dignes, avaient pris la parole pour chacun des huit attentats commis depuis 1989. Les noms des 230 victimes tuées par des terroristes depuis le 19 septembre 2015, en France comme à l’étranger, ont également été égrenés. Le chef de l’État a par ailleurs souligné qu’il était du « devoir de l’État de répondre à toutes les questions » sur « chaque attentat », « y compris sur son propre rôle ». « Une fois le pire advenu, l’État doit être exemplaire dans ses réponses, dans ses procédures et dans ses réactions », a-t-il dit en réponse aux demandes des associations, mais aussi aux critiques de l’opposition, en particulier après l’attentat du 14 juillet à Nice.

Des personnalités de tous bords politiques

Samedi, lors d’une visite dans cette ville, Nicolas Sarkozy avait trouvé « insupportable de ne pas savoir ce qui s’est passé exactement » lors de l’attaque, réactivant les vives critiques lancées cet été par une partie de l’opposition contre le gouvernement. « L’État de droit n’est pas un état de faiblesse, mais est la force de l’État », lui a rétorqué le chef de l’État. Outre le président François Hollande et le Premier ministre Manuel Valls, de nombreux ministres et personnalités de tous bords politiques, le visage grave, étaient présents pour cet hommage organisé à moins de huit mois de la présidentielle.

Assis au premier rang, l’ex-président Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de la droite, se trouvait non loin de ses rivaux, les anciens Premiers ministres Alain Juppé et François Fillon, ou le président du MoDem, François Bayrou. « J’attends que les familles de victimes et les victimes elles-mêmes se sentent mieux entourées », a expliqué ce dernier. « Profonde émotion ce matin aux Invalides. Le chagrin, la souffrance toujours vive, mais aussi le courage, la dignité des familles. Fraternité », a tweeté Alain Juppé à l’issue de la cérémonie. Le député des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, porte-parole de Nicolas Sarkozy, a lui saisi l’occasion pour réclamer de nouveau un hommage national pour les victimes de l’attentat de Nice. Alors que la lutte antiterroriste s’annonce comme un des thèmes incontournables de la campagne pour 2017, la classe politique sait qu’elle ne peut ignorer les attentes des victimes, tant en matière d’indemnisation que sur le travail de mémoire.

Depuis l’an dernier, la France a basculé dans une nouvelle ère, avec « un nombre inégalé de victimes du terrorisme », souligne Stéphane Gicquel, secrétaire général de la Fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs (Fenvac). Et si la menace reste « maximale » en France, comme le martèle notamment Manuel Valls et comme en témoigne la série d’arrestations menées ces derniers jours en lien avec des projets d’attaques djihadistes, le terrorisme est un sujet éminemment politique. François Hollande, que les derniers sondages donnent éliminé au premier tour de l’élection présidentielle de 2017 s’il était candidat, se pose de son côté en défenseur de l’État de droit, rejetant tout « État d’exception », en référence par exemple aux propositions de certains à droite visant les « fichés S ».

Lien : http://www.lci.fr/politique/ceremonie-nationale-d-hommage-aux-victimes-du-terrorisme-2003531.html

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*