Copie-de-FIT_DIV_0015 large
G. Hocquard, Général Walton H. Walker et Commandant Guy de La Vasselais par Thomas K. Kone de Dallas, Texas – Coll. BMM http://missmediablog.fr/gabriel-hocquard-chez-les-indiens/
 
 

Latest:

OTD: September 18, 1947 – September 18, 2017

 

70 years ago today, the “Voie de la Liberté” (“Liberty Highway”) stretching from Cherbourg, France to Bastogne, Belgium, and made of 1,145 symbolic milestones set along the highway, a “Borne” marking every kilometer along the route taken by the glorious General Bradley’s First Army, and General Patton’s Third Army, after D-Day in Normandy on June 6, 1944, was officially dedicated at Fontainebleau, southeast of Paris by Mr. Paul Ramadier, then-President du Conseil along with Mr. François Mitterand then-Minister of War Veterans, in the presence of Mr. Jefferson Caffery, United States Ambassador to France and members of the American Legion. Many military and civilian dignitaries of the Allied Nations were also present at the ceremonies. Since the dedication of the Liberty Road in 1947, heads of states, many American Veterans (some of them do come every year), their children and grandchildren and millions of international visitors have come to visit these Monuments and to remember… E.J.

Il y a 70 ans aujourd’hui…

 

« La Voie de la Liberté, réel chemin de croix, voie sacrée baignée du sang généreux des Enfants de la grande république amie, associant dans un même élan, grandes villes et petits villages, est l’hommage démocratique de la terre de France à la terre d’Amérique. »

Senator Guy de la Vasselais, Co-fondateur de la Voie de la Liberté

“All who travel the “Liberty Road” must sense the spirit of  comradeship and common destiny that strengthened the soldiers of the Allied Forces who fought along that route in 1944. The same firm unity is still necessary if we are to maintain human dignity and worldwide freedom and to secure a just peace for today and tomorrow generations.”

Declaration of General Dwight Eisenhower

                     (Translated from the French Declaration read during the 1947 official ceremony).

 

Helen Patton, la route de la liberté

https://www.youtube.com/watch?v=kTkqP5oWFqY&feature=youtu.be

filmsdelapasserelle  Ajoutée le 12 juil. 2017 À quoi ressemblerait notre existence, aujourd’hui, si, il y a bientôt 75 ans, les Alliés n’avaient pas remporté la victoire ? Que serait-il advenu si la Voie de la Liberté n’avait été forgée par le Général Patton et ses hommes ? Notre époque nous confronte, à nouveau, à des idéologies extrémistes, qui étalent leur arrogance. Il est temps de nous souvenir de la Libération et de ce qu’elle représente : il ne s’agit pas uniquement de notre route vers la Liberté, il s’agit également d’un rappel des raisons de tout faire pour la conserver et la protéger. Un projet ambitieux qui interroge l’héritage mémoriel de la libération en vue du 75ème anniversaire en 2019.

#GRATITUDE

#RESISTANCE

#MDFDEFriendshipMerciTrain70

© The Official French-American Project entirely conceived by Ms. Elisabeth JENSSEN to celebrate the 70th Anniversary of the Friendship Train and the Merci Train (2017- 2019).

Chair, Elisabeth Jenssen Co-Chair, Tyler Abell

Honorary President: The Comte Gilbert de Pusy La Fayette

Contact: elisabeth.jenssen@francaisdeletranger.org

Note: As part of our ongoing 2-year project #MDFDEFriendshipMerciTrain70 including the celebration of the 75th Anniversary of the Voie de la Liberté, the “Liberty Highway” in 2019, the MDFDE is officially working in cooperation with Mr. Michel Scicluna, Mayor of Auneau-Bleury-Saint-Symphorien (Eure-et-Loir) and the European Voie de la Liberté Committee (France-Belgium-Luxembourg). E.J.

Senator Guy de la Vasselais (1902-1976)
 

On March 10, 1946, Colonel Guy de La Vasselais, who was French liaison officer to General Patton and his glorious Third Army during WWII, elected Mayor of Saint Symphorien (1945), near Chartres (Eure-et-Loir), and Gabriel Hocquart, Mayor of Metz (Moselle), were personally invited by their brother-in-arms, General Walton Harris Walker, to spend one month in the United States. Needless to say, their trip and stay, especially in Dallas, Texas, was quite memorable (see French article below).

Back in France in mid-April, in June Guy de la Vasselais suggested to Mayor Hocquard the idea–after having suffered so much under four years of German Nazi oppression–of erecting a monument to commemorate the Liberation of France by the American Armies and to honor the soldiers who sacrificed much in so doing: a monument that would symbolize the idea of Liberty.

On December 10, 1946, a National Committee of the “Voie de la Liberté,” was officially launched in Paris, France. The distinguished Board included Mr. Jefferson CAFFERY, U.S. Ambassador to France (1944–1949) and French General Alphonse JUIN. Mayor Hocquart was named President and Guy de La Vasselais Secretary General. Mrs. George Patton was their Honorary President.

Between 1947-1952, Mayor DE LA VASSELAIS served as Counselor to the “Union Francaise” (Overseas Territories). He was elected Senator in 1959.

And last but not least, following up on the extraordinary Drew Pearson’s Friendship Train grassroots initiative in 1947, Guy de La Vasselais was named Executive Vice-president of the French Gratitude Train Committee, the “Merci Train” Committee, in 1948.

FYI: Among the 52,000 gifts loaded onto the legendary 49 “40 & 8″ boxcars of the Merci Train sent to America in January 1949 were several replicas of the said bornes “Voie de la Liberté” offered by French towns to American towns.

I am proud to say that I have now been able to locate all the original “Merci Train Bornes” along with “Bornes” (the easier part) sent afterwards as project “Bornes in America.” There is still so much researching to do and countless efforts in connecting French and American cities, towns and villages (some of them having never even heard about the Friendship and Merci Trains, let alone these precious “Bornes” also sent as a token of gratitude and friendship) but that’s a fantastic challenge so, “Game on!” E.J.

Link: https://www.senat.fr/senateur/de_la_vasselais_guy000072.html

 

ALL MDFDE’S ROADS LEAD TO THE MARQUIS DE LA FAYETTE AND LADY LIBERTY IN NEW YORK HARBOR VIA… METZ…

 

 

 

 

 

 

La Fayette as a lieutenant general, in 1791. Portrait by Joseph-Désiré Court. Public Domain. 
 

In 1775, La Fayette, a young military officer who had embraced the ideas carried by the Enlightenment and had recently acquired Freemason beliefs in Liberty, Morality and Ethics, was taking part in his unit’s annual training in Metz. There he met the commander of the Army of the East, Charles-François de Broglie, marquis de Ruffec (1719-1781), who was helping Beaumarchais in devising a scheme to secretly support the American insurgents in the early stages of their Revolution.

On August 8, 1775, the Marquis de Rufflec organized what became the famous “Diner de Metz”–the actual event, the “meeting of the minds” which forever changed the destiny of the Thirteen Colonies–when the young Marquis de La Fayette, then-19 years old, was convinced by the guest of honour, the visiting Prince William Henry, Duke of Gloucester and Edinburgh, brother of King George III, that the insurgents’ revolt in America, was in some degree justified.

The following year, Louis XVI and his foreign minister, the comte de Vergennes, agreed to supply the American cause with arms and officers to possibly restore French influence in North America, after France’s losses in Canada. When La Fayette heard French officers were being sent to America, he did not hesitate. He chartered a ship with his own funds and was able to finally convince General Washington to take him in his Army… The rest is History…

Indeed, in 1886, in honor of General de La Fayette, Auguste Bartholdi and Gustave Eiffel created the Statue of Liberty… Inspired by Lady Liberty, 61 years later, French sculptor François Cogné (1876-1952) designed the historic “Borne” of the Voie de la Liberté…

Originally, the road marker was made of pink cement. Each “Borne” was 1.2 meter high (about 48 inches high) and weighed 435 kg (about 716 pounds each). Circling the top part of the “Borne” on a blue field, are the 48 stars of the American Flag (Hawaii and Alaska were admitted into the Union in 1959); and above each “Borne” is another symbolic design representing the red flaming torch of the Statue of of Liberty surging from the sea, the Atlantic Ocean, over which the American Armies came to Europe.

The 4 red rectangles represent the four sections of the “Voie de la Liberté:”

- Sainte-Mère-Eglise - Cherbourg

- Sainte-Mère-Eglise - Avranches

- Avranches - Metz

- Metz – Luxembourg – Bastogne

Elisabeth Jenssen

16 décembre 1946- Place d’Armes à Metz (Moselle) en présence de Gabriel Hocquard   (Photo de Busson – Coll.Bauler)
 
 
Carte 1er jour pour un timbre émis le 10.9.1947  (coll. Ascomémo) http://ascomemo.chez.com/bornes.htm
 

LA VOIE DE LA LIBERTE  (The Liberty Road) was created by the French as a commemorative to
the Allied Forces which liberated France after D-day.

The Liberty Road starts in Normandy at Sainte-Mère-Église and travels across Northern France to Bastogne in Belgium near the border with Luxembourg. It follows one of  the routes taken by the Allieds,  to be precise,  the route taken  by US General George S. Patton.  All along the road, there is a stone marker or ‘Borne’ to mark every kilometer. The road is 1,145 kilometers long with the first “Borne” outside the town hall in Ste Mère-Église and the last one in Bastogne.  The Voie de la Liberté  was conceived by Major Guy de la Vasselais as a Memorial to the Liberation and its grand opening took place on 18 September 1947 at Fontainebleau. 1145 markers are positioned every kilometers some of the main  towns and villages along the route are Sainte-Mère-Église (liberated during the nights of 5 and 6 June 1944), Utah Beach, Sainte-Marie-du-Mont, Cherbourg, Carentan, Saint-Lô , Coutances, Avranches, Saint-Malo, Rennes, Angers, Le Mans, Chartres, Étampes, Fontainebleau (liberated on 23 August 1944), Reims, Valmy, Verdun, Nancy, Metz, Thionville, Luxembourg City, Arlon and finally Bastogne (liberated on 10 September 1944 / 2 January 1945).

On 18 September 2007, to celebrate the 60th Anniversary and as a mark of respect and gratitude towards the American Nation and its soldiers fallen during the liberation of France, the Fontainebleau Military Reserve Cadre Association, ACRPF (Association des Cadres de Reserve du Pays de Fontainebleau)  with the help of  the town of Fontainebleau organized a Commemorative celebration.

http://gia-vuc.com/remember/photos/photos47rec1s.jpg

Dedication of the “Borne de la Voie de la Liberté” on September 16, 1947 in Sainte-Mère-Eglise. © airborne-museum.org

The highlights of the ceremony

The ceremony was based on the one which had taken place 60 years before.
The “Voie de la Liberté Borne” is on a small podium at the bottom of the “Horse Shoe” step of the Chateau of Fontainebleau.
The “Borne” has its own WWII US Military Police guard of honor as well as two young ladies dressed in the folkloric costumes
of the provinces of Alsace and Lorraine.

- The ceremony opened with the raising of the American and French flags by four young children.

- Reading of three texts read in 1947, one of which was the Declaration of General  D Eisenhower.

- Arrival of  three WWII jeeps named Sainte-Mère-Eglise, Fontainebleau and Bastogne. In each jeep, a young boy and a girl held a small jar of earth from the three towns.

a blue pot
in memory of the Ocean crossed and
the town of Sainte-Mère-Église,

a white pot
for the Royal town of Fontainebleau

a red pot
for the bloody battle of the Bastogne

The children then poured the earth from the 3 pots into the Ammunition box.

- The US ambassador representative and the three mayors signed the official parchment marking the ceremony, then it was placed in the ammunition box which was lead sealed and a tricolor ribbon draped around it with the the seal of the town of Fontainebleau.

- The two youngest children deposited the ammunition box at the bottom of the “Borne”.

The Alsacienne and the Lorraine ladies of 1947 (who were 15 at the time) joined hands with the six children and the Alsacienne and the Lorraine ladies of 2007 to form the Memory chain “ We remember“. 
The Lorraine costume (light blue dress) is the original one made in 1947 for the opening ceremony, and had been kept  by the owner.

- Speech from the officials and blessing of the “Borne and ammo box”

- Minute of  silence followed by the American and the French National anthems.

- Loading of the “Borne” and ammunition box on an half-track, part of the Military vehicle convoy leaving the Chateau by
the “porte d’honneur” to simulate the departure for the long trip to the USA

More: http://gia-vuc.com/remember/libertyroad.htm

http://gia-vuc.com/remember/voiedelaliberte.htm

Normandie

Le débarquement en 10 questions : que représentent les bornes et la voie de la liberté ?

 
Borne N° 0, installée à Sainte-Mère-Eglise
 
Borne N° 0, installée à Sainte-Mère-Eglise

 

1 145 kilomètres … 1 145 bornes entre Sainte-Mère-Eglise en Normandie et Bastogne, en Belgique. Ce sont autant de repères sur la Voie de la Liberté pour matérialiser par chaque kilomètre parcouru en 1944, la trace des soldats qui ont libéré la France et le monde de la barbarie nazie.

Par Erick Haas Publié le 08/05/2014 à 08:05 Mis à jour le 14/05/2014 à 09:57

Sur la place de la mairie de Sainte-Mère-Eglise, juste devant le monument aux morts, vous ne pouvez pas la manquer ! C’est la première borne de la voie de la liberté qui part de Normandie pour rejoindre la  Belgique et la ville de Bastogne.

A l’origine de la voie de la Liberté

Dès juin 1944, de retour d’un voyage aux États-Unis, le colonel Guy de la Vasselais, ancien chef de la mission militaire française de liaison tactique auprès du XXe Corps de la 3ème Armée U.S, conçoit avec Gabriel Hocquard, le maire de Metz, de commémorer la libération de la France.

Ils proposent de réaliser une série de bornes, sur le modèle de celles qui jalonnent la Voie sacrée commémorant la bataille de Verdun, durant la 1ère guerre mondiale.

En 1946, le Comité National de la Voie de la Liberté est créé et la borne de la Liberté N° 0 est inaugurée le 16 septembre 1947 à Sainte-Mère-Eglise.

La symbolique des bornes de la liberté

Le modèle de la borne est dû au sculpteur François Cogné. À l’origine, c’était une borne de ciment rose, haute de 1m20 et pesant environ 435 kg.

Elle représente une flamme, symbole de la liberté, sortant des flots de l’océan Atlantique que les alliés américains ont traversé pour libérer l’Europe.

Sa couronne de 48 étoiles représente les 48 états des Etats-Unis (en 1944).

Les 4 rectangles de couleur rouge représentent les 4 tronçons de la Voie de la Liberté :

- Sainte-Mère-Eglise - Cherbourg
- Sainte-Mère-Eglise - Avranches
- Avranches - Metz
- Metz – Luxembourg – Bastogne

Au centre de la borne, on notera que le flambeau de la liberté sortant de la mer prend pour modèle celui de la statue de la Liberté, à New-York. Sur la face blanche enfin, on trouve des indications diverses telles que kilométrage, le numéro de la borne et des informations de direction. Au total, 1200 bornes identiques à celle de Sainte-Mère-Eglise jalonnent les différents tronçons de la Voie de la Liberté.

Un symbole disputé

Si la commune de Sainte-Mère-Église a pu servir de point de départ à la Voie de la Liberté, c’est grâce à la détermination de son maire de l’époque, Alexandre Renaud. Celui-ci aurait bénéficié de ses bonnes relations avec Guy de la Vasselais et obtenu ainsi cet honneur au grand dépit des nombreuses autres villes normandes qui le revendiquaient (Carentan, Cherbourg, Bayeux, etc.).

Cette décision a d’ailleurs donné lieu à une démarche contestataire de la municipalité de Sainte-Marie-du-Mont où se trouve Utah Beach. Après le choix de Sainte-Mère-Église pour l’installation de la borne 0, elle a répliqué en installant sa propre borne baptisée N° 00, en bordure de la plage où a débarqué la 3 ème Armée Américaine du général Patton, courant juillet 1944.

Le choix de l’itinéraire

Guy de La Vasselais et Gabriel Hocquart ont choisi un des itinéraires les plus glorieux de la reconquête alliée : le parcours triomphal de la 3e Armée Américaine du général Patton, depuis son débarquement sur la côte normande, sa percée dans le Cotentin puis sa célèbre chevauchée jusqu’en Moselle et la frontière allemande qu’il a atteint en 54 jours.

Par la suite, en mars 1946, une association Belgo-américaine a proposé aux Français de prolonger la voie de la Liberté jusqu’à Bastogne, ce qui a été accepté. Le 5 juillet 1947, on a procédé à la pose officielle de la borne clôturant le parcours en Belgique.

Quant à l’inauguration de l’itinéraire dans sa totalité, elle a lieu le 18 septembre 1947, à Fontainebleau.

Les bornes aujourd’hui

Le long des grands axes routiers français, de très nombreuses bornes d’origine ont été remplacées par des copies en matériaux légers, moins dangereuses en cas d’accident de la route.

Il subsiste cependant quelques modèles originaux, notamment à Champillon dans la Marne, à Frisange au grand-duché de Luxembourg, ainsi que toutes les bornes longeant la route nationale N4 en Belgique, depuis la frontière luxembourgeoise, au Rosenberg et jusqu’à Bastogne.

Liens : http://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/2014/04/25/le-debarquement-en-10-questions-que-sont-les-bornes-et-la-voie-de-la-liberte-465987.html

http://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/meuse/souilly-55-tournage-d-un-documentaire-sur-les-generaux-pershing-et-patton-1091273.html

http://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/il-y-73-ans-rennes-etait-liberee-du-joug-nazi-5176559

http://www.sudinfo.be/1921209/article/2017-08-28/bastogne-rencontre-avec-les-scenaristes-d-hollywood-en-pleine-preparation-du-fil

http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/le-comite-de-la-voie-de-la-liberte-ete-relance-5204733

Gabriel Hocquard chez les Indiens

By Anne D. On 4 juillet 2013
 
G. Hocquard chez les indiens par Prillot - Coll. BMM

 

Parmi les dernières acquisitions des BMM, une série de 24 photographies noir et blanc mérite une attention toute particulière : il s’agit d’un reportage photographique du voyage de Gabriel Hocquard, maire de Metz, aux États-Unis. Pour mieux saisir le symbole fort de ce périple, un peu d’histoire :

Gabriel Hocquard par Prillot - Coll. BMM

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, les habitants de Metz sont infiniment reconnaissants envers leurs libérateurs à la tête desquels se trouve le général Walton H. Walker. La libération de Metz, en novembre 1944, se solde par de lourdes pertes humaines de chaque côté des belligérants.

Gabriel Hocquard, maire de Metz depuis 1938, avait dû quitter la cité le 14 juin 1940 sur ordre du préfet. Il y revient dès novembre 1944, pour s’atteler à la tâche ardue de rendre son âme à une ville altérée par quatre années d’annexion autoritaire. Pour ce faire, il travaille assidûment au rayonnement de Metz et saisit toutes les occasions susceptibles de la faire connaître. Dans cette optique, il effectue de nombreux déplacements au lendemain de la guerre et joue le rôle d’un véritable ambassadeur de la cité messine.

G. Hocquard à Dallas par Thomas K. Cone - Coll. BMM

Invité par la Chambre de commerce de Dallas, Gabriel Hocquard prend son envol pour le Texas le 10 mars 1946, accompagné du commandant Guy de La Vasselais, ancien officier de liaison auprès du XXe corps américain. Il y restera un mois, comme hôte privilégié du général Walker. Cependant, selon ses propres paroles, il accepte cette invitation non seulement pour rendre la visite que lui fit le général Walker, mais surtout pour « exprimer la reconnaissance de la population lorraine au peuple du Texas qui lui rendit la liberté » et entreprendre un véritable « pèlerinage de reconnaissance ».

Arrivée de G. Hocquard à Dallas par Thomas K. Cone - Coll. BMM

A son arrivée à Dallas, il est attendu par une diligence… et une véritable mise en scène. En effet, dès le 9 mars, le Républicain lorrain annonce : « pour ajouter à la couleur locale, le syndicat d’initiative a engagé des indiens et des cow-boys qui attaqueront la voiture en route. Le maire n’est naturellement pas prévenu ».

Nommé citoyen d’honneur de Dallas, Gabriel Hocquard remet au maire de la ville qui le reçoit des présents protocolaires de prestige, parmi lesquels une canne à pommeau d’or ayant appartenu à La Fayette (qui porta en son temps assistance aux insurgés américains) ainsi qu’une urne en pierre de Jaumont contenant de la terre du plateau de Gravelotte, imprégnée du sang versé par les soldats français et américains pour repousser les troupes allemandes hors de Moselle.

Ce séjour est aussi l’occasion de décorer une centaine d’officiers et soldats du XXe corps américain de la médaille de Metz. Il se rend également en Oklahoma dans une réserve d’indiens, où il reçoit le titre honorifique de « chef indien honoraire ». Cette visite marque profondément le magistrat messin.

À son retour en France, il décide la création d’une « Voie de la liberté », symbole fort pour commémorer la marche triomphale des Alliés pour libérer la France.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter à la Médiathèque Verlaine (Pontiffroy) :
> Gabriel Hocquard : adjoint puis maire de Metz 1927-1947, Mémoire de Maitrise : Université de Nancy II : 1991, par Anne-Marie RAO (cote : LO in -4 892)
> Les Maires de Metz, par Thibaud de La Corbière (cote : USUEL LO 352.007 2 COR)

Liens : http://missmediablog.fr/gabriel-hocquard-chez-les-indiens/

http://tout-metz.com/la-fayette.php

La voie de la liberté : l’initiative d’un habitant de la commune !

La voie de la Liberté commémore la libération de la France pendant la 2de Guerre mondiale. Elle est matérialisée par des bornes le long de la route de Ste-Mère-Église en Normandie, à Bastogne en belgique. Ces 1145 km retracent l’itinéraire glorieux de la IIIème armée américaine du Général George Patton. Son chef de liaison tactique, Guy de LA VASSELAIS, co-fondateur de cette « voie patton », habitait la commune et en fut maire. Ainsi, le 25 août 1946, la commune de St-Symphorien inaugurait la 1ère borne de la Voie de la Liberté. Cette année nous fêtons les 70 ans du lancement de ce célèbre parcours le samedi 17 septembre (programme page 11). A l’origine de la Voie de la Liberté ? Un habitant de la commune ! Le Commandant Guy de la Vasselais, qui fut Maire du village de St-Symphorien, était le chef de liaison tactique de la IIIème Armée du Gal George Patton qui a mené la campagne de Libération en Europe en 44-45. Très peu de temps après la fin de la guerre, Guy de la Vasselais et Gabriel Hocquard, alors Maire de Metz, conçoivent l’idée de commémorer la Libération. Ils proposent de réaliser des bornes, sur le modèle de celles de « la Voie sacrée » commémorant la Bataille de Verdun, durant la 1ère Guerre mondiale. Ils choisissent un des itinéraires les plus glorieux de la reconquête alliée : le parcours de la IIIème Armée du Général Patton, depuis son débarquement sur la côte normande, jusqu’à la frontière allemande atteinte en 54 jours. Exploit militaire !

Le 25 août 1946 à Essars (Saint-Symphorien), une borne provisoire est inaugurée en présence de hautes autorités politiques et militaires de France et des pays alliés. Dans les mois qui suivent, bon nombre de villes et de villages vont suivre l’exemple de Guy de la Vasselais, en inaugurant des bornes commémoratives.

Le 18 septembre 1947, l’ensemble du parcours de « La Voie de la Liberté » est consacré à Fontainebleau.

Depuis, la reconnaissance envers ces personnages intimement liés à  la commune, a toujours été présente au travers de commémorations et d’inaugurations (cf page ci-contre) : la 1ère borne de la Voie sera remplacée par un monument commémoratif inauguré en 1971. A chaque anniversaire de la Libération, la municipalité a organisé de grandes cérémonies. En 1996, elle a commémoré le 50ème anniversaire de la 1ère borne avec une réhabilitation de la borne d’origine. En 2010, deux jours commémoratifs et festifs ont été organisés en hommage au Gal Patton, en présence de certains de ses descendants. Un an plus tard, un monument pédagogique dédiée à la IIIème Armée voit le jour à côté du Monument Patton (Essars). Nous retrouvons d’autres signes de mémoire : une rue et la salle des fêtes portent le nom du Gal Patton. N’oublions pas la Rue Guy de la Vasselais, une des rues principales de St-Symphorien.

La Mémoire perdure avec la Journée du 17 septembre cette année (cf. détails ci-contre), et l’inauguration d’un rond-point Général Walker, autre prestigieux commandant (XXe Corps) de la fantastique campagne du Général George S. Patton.

Monument Patton et site d’hommage à la IIIème Armée U.S

 

Le Monument Patton et le site en l’honneur de la IIIème Armée : Site commémoratif et pédagogique dédié à la Victoire des Alliés et la Libération de la France mettant fin à la 2de Guerre mondiale. Ce site est un territoire américain ! Vous y trouverez le Monument Patton sous les étendards américains et français, un monument sur la IIIème Armée U.S du Général Patton, une borne restaurée de la Voie de la Liberté (Parcours initié par un habitant de la commune en 1946) et une stèle. Un site idéal pour expliquer aux plus jeunes le parcours des Américains après le débarquement en Normandie… Pour s’y rendre, RDV au hameau Essars, le long de la N10, rue du Général Patton. Immanquable. La commune est pour ainsi dire le Berceau de la Voie de la Liberté.

Le colonel Guy de la Vasselais, qui deviendra maire du village en 1945, était le chef de liaison tactique auprès de la 3° armée Patton. Il a accompagné Patton tout au long de sa campagne de libération en Europe. C’est à la libération, qu’il a fondé « La Voie de la Liberté » qui va de Saint Lô, en Normandie, à Bastogne (Belgique) et qui est jalonnée tout son long de bornes kilométriques à l’effigie de la Voie de la Liberté. La première borne a été inaugurée à Saint Symphorien en 1948, puis remplacée par un monument rappelant ces événements, qui a été inauguré en 1971. Ce monument est situé en bordure de la nationale 10.

A l’occasion du 50ème anniversaire de  la Voie de la Liberté” , en 1998, la première borne a été restaurée et installée à l’entrée du village. Un buste de Patton a été installé et inauguré en 1961, en présence de son fils, dans le jardin de la mairie. Une rue et la salle des fêtes porte le nom du Général Patton.

Lien : http://www.ville-ab2s.fr/fr/pages/histoire-patrimoine-67.html

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*